Le dessin neurographique : quand notre loisirs nous apporte le meilleur

Une dérivation de la méthode sérieuse pour l'appliquer dans notre quotidien de serial scrappeur

Coucou,
aujourd’hui j’avais très envie de vous parler de cette technique de dessin qui combine la science et l’art. Ce que je partage avec vous est dérivé de la véritable méthode.

Le nom de la véritable technique psychologique est Neurographica. Elle a été mise au point en Russie par Pavel PISKAREV en 2014 et est une technique de changement positif par l’art.

Cette technique de dessin permet de travailler sur les limitations et les résistances au changement et de modifier nos réactions habituelles, d’oser d’autres manières de faire.
Il met en place de nouvelles connexions, permet d’envisager de nouvelles solutions et de les rendre possibles.

Elle peut changer nos peurs, nos appréhensions, nos interrogations, en un résumé, tout ce qui nous perturbe en quelque chose de plus calme, apaisant et beau.

La véritable méthode est ardue à maîtriser et fait l’objet de plusieurs mois d’étude pour la mettre en pratique pour soi ou pour les autres, mais déjà, cette dérivation offre au moins un moment de paix et de sérénité et une pièce artistique à afficher fièrement.

Voici un lien vers le site officiel en France : Neurographica.fr Ola Art et vers une vidéo de présentation de la méthode.

Voici aussi un lien vers une chaîne que je trouve très intéressante sur le sujet : Elena Sozontova, Neurographica.

Voici les différentes étapes pour mener à bien ce moment créatif et lui permettre de vous apporter le meilleur.

Préparation du matériel

Il vous faut une feuille de papier, à vous de choisir le meilleur support en fonction de ce que vous voulez utiliser (feutres, aquarelle, crayons de couleur…) ; libre à vous aussi de choisir tel ou tel format, je pense que pour commencer, un A5 peut être pas mal (il y a beaucoup de travail en perspective, ce format sera moins intimidant).

Il vous faut aussi un feutre noir moyen, type Sharpie Fine Point et un feutre noir plus fin si vous souhaitez ajouter des détails comme on le verra après (un 0,8 par exemple) – attention là aussi de bien choisir l’encre en fonction de la méthode retenue pour la mise en couleur.

Choisissez un endroit calme. Respirez profondément avant de commencer pour vous mettre dans de bonnes dispositions.

Étape 1

Demandez-vous ce pour quoi vous voudriez trouver la paix, ce que vous voudriez aborder plus sereinement, ce qui vous perturbe, vous tracasse…
Ecrivez-le au dos de votre feuille.

Étape 2

Concentrez-vous sur le résultat que vous souhaitez obtenir puis tracez des lignes en les faisant commencer et terminer au-delà de la feuille : aucune ne doit avoir de début ou de fin sur le papier.
Vous devez tracer lentement, laissez la main travailler mais prenez garde à ne pas faire de motifs répétitifs, pas d’angle non plus, votre geste doit être doux et fluide.

Faites autant de lignes que vous la souhaitez ; le but est de bien occuper la surface mais sans trop saturer quand même.

Étape 3

Vient le moment de la transformation : vous allez arrondir tous les croisements de lignes pour adoucir toutes ces intersections. Notre cerveau aime les formes douces, rondes, elles le rassure. Ces transformations sont la représentation symbolique de nouvelles connexions, la représentation graphique du changement sur lequel on travaille.
Bien sûr, pendant cette étape aussi vous pouvez penser à ce que vous souhaitez obtenir.
C’est un travail long, mais on n’a rien sans rien. Ce résultat visé il faut y travailler, vous l’approprier, le faire exister dans votre esprit, même si c’est inconsciemment.
On peut vraiment rapprocher ce moment d’une véritable séance de relaxation, de méditation.

Étape 4

On peut ajouter des lignes, on peut même changer de taille de feutre.
Ces lignes on les trace volontairement, on prend le contrôle sur ce qui nous pose problème, c’est une métaphore de ce que l’on souhaite faire dans la réalité.
Bien sûr, chaque intersection créée devra être arrondie comme la première fois.

On peut aussi ajouter des formes, là encore, on doit arrondir tous les angles créés.

Si vous regardez votre dessin, vous voyez qu’il ressemble à un réseau de neurones qui communiquent entre eux pour arriver au résultat souhaité, comme dans notre cerveau.

Pavel PISCAREV dit que cette forme d’expression artistique stimule des connexions endormies et stimule donc des changements positifs chez celui qui le réalise.

On peut laisser son dessin en noir ou ajouter des couleurs.

Étape 5

On peut encore améliorer son dessin en ajoutant des couleurs avec le moyen que l’on veut, on peut faire de simples aplats ou créer des ombres, des dégradés…
On peut ajouter des petits motifs : des points, des étoiles, de coeurs… bref, on transforme cette séance de méditation en pièce artistique.

Dans la vidéo je parle de la solution de mélange pour crayons de couleur ; c’est un liquide prêt à l’emploi pour fondre les couleurs entre elles, adoucir voire supprimer les coups de crayon et révéler l’éclat des couleurs.

Étape 6

C’est le moment de regarder votre dessin et de vous demander :

  • Avez-vous aimé faire cela ?
  • Comment vous êtes-vous senti en faisant ce dessin ?
  • Que ressentez-vous maintenant ?

Essayez au moins une fois, bien sûr ce n’est pas un baguette magique, mais au moins, offrez-vous ce moment rien qu’à vous que vous serez sûrement fier de regarder ou même d’exposer.

Pour tout voir en vidéo, c’est ici :

Merci beaucoup de votre visite, à bientôt 😊

11 commentaires

  1. Bonsoir

    Merci beaucoup pour ce partage de découverte, ça me tente bien, aussi bien avec de l’aquarelle, que du pastel, que tu as fixé après, je suppose.

    Je voulais m’abonner à ce blog, mais je n’ai pas trouvé où le faire.

    • Bonsoir,
      merci beaucoup de ton message. Je suis tombée sous le charme de cette technique et ai des idées pour le détourner encore et l’inclure dans mes différentes créations.
      Je n’ai pas encore fixé mon pastel mais oui, le fixatif n’est pas loin.
      Pour s’abonner à mon blog il suffit de cliquer sur la petite cloche sur fond rouge en bas à droite. Elle est discrète mais se manifeste quand on approche la souris.
      Bonne soirée et encore merci

  2. merci Laety pour cette nouvelle forme de créativité qui soigne le corps et l’esprit. Je ne connaissais pas et je vais tester.
    Le résultat est superbe !
    Encore un partage qui me bluffe 🙂 bisous

  3. Bonjour.
    Je ne connaissais pas, merci à vous pour la découverte de cette technique !
    Vous avez beaucoup de goût !
    Bonne continuation !

    • Bonsoir Béa,
      merci beaucoup, je suis vraiment heureuse que le contenu que je propose vous plaise.
      Merci d’avoir pris le temps de m’écrire ce message,
      bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *